FacebookTwitterGoogle BookmarksRSS Feed

Peintures de sable

Joe Mangrum, artiste new-yorkais, crée des installations ou des oeuvres éphémères avec des éléments naturels (feuilles, fleurs,...) ou des éléments de la société de consommation (monnaie, pièces mécaniques ou composant électoniques...).

Supporter actif des causes environnementales, ses créations ont pour but de nous interpeler quant à notre relation au monde, monde industriel formaté en opposition au monde naturel.

Comme dans les traditions des moines tibétains ou des indiens Navajos, Joe Mangrum utilise depuis plusieurs années la technique de la peinture de sable. Il en a ainsi créé plus de 650 depuis 2009. Des sables colorés pris par poignées s'écoulent délicatement en arabesques sur le sol au rythme du créateur (voir vidéos en bas de page). L'artiste apprécie particulièrement les créations de rue, transformant la sphère publique en scène vivante. Avec la notoriété, il a, de plus en plus, été amené à intervenir dans de nombreuses manifestations muséales aux quatre coins des Etats-Unis et dans de nombreux pays.

______________

Ci-contre:Good start on a sunny day in Washington square
______________

Sur son site, il définit son travail ainsi:

« Mes peintures sont une dénonciation visuelle du maillage urbain. C'est ma philosophie de penser que nous sommes tous, sans le savoir, psychologiquement programmés par ce système, une force oppressive qui divise efficacement le monde en morceaux quantifiables d'espace et de temps divisés en minutes et secondes. Et qui est finalement désynchronisé du monde naturel, des cycles saisonniers, et des phases lunaires. Le résultat est une société coupée de la nature et compartimentée en groupes définissables, déconnectés physiquement et spirituellement du tout. Je travaille à me réapproprier ces divisions par la création de peintures de sable avec des formes organiques, interconnectant les fragments et agissant comme un catalyseur vers une nouvelle synthèse. Pour moi c'est un processus vital d'affirmation de la vie.

Chaque peinture est spontanément improvisée, en utilisant des sables colorés, versés directement de la main. Dans le processus de création, je mélange différentes sources visuelles qui se répondent, inspirées d'anciennes traditions qui se synchronisent de manière rythmique. De plus, ces formes sont mélangées avec un freestyle urbain associé à des couleurs « Pop Art » éclatantes, des variations fractales en réseaux. Mes peintures sont influencées par un univers foisonnant de créatures sous-marines, de plantes carnivores diffusant des impulsions électriques, un mélange mathématique vivant et une géométrie végétale, provenant de métaphores transculturelles issues de nombreuses années de voyages à travers le monde. Visuellement, je combine des éléments de l'art contemporain, de la culture et de la technologie pour trouver le fond commun à partir duquel mettre en évidence notre interdépendance collective, tandis que nous avançons dans le XXIème siècle. Ce n'est pas un hasard si elles prennent le plus souvent une forme circulaire,même si je ne les décris pas spécifiquement comme des mandalas. Cela limiterait les multiples facettes d'inspiration provenant du monde entier et les confineraient dans une terminologie orientale. Mon art parle d'inter-connexion et de co-existence au sein de l'ordre naturel de la vie, en défiant politiquement les croyances existantes imposées, la tendance mondiale de fuite en avant matérialiste. »

Texte en anglais:http://www.joemangrum.com/artnews/about/ Trad.ReF


{youtube}XK3khnehuno {/youtube}


 

{vimeo}8251659{/vimeo}