FacebookTwitterGoogle BookmarksRSS Feed

Asie

Mandala Sacré Du Tibet à Toulouse

Création d'un mandala de sable par des moines tibétains du monastère de Sera.

 

trait separation

    Le mot mandala est un terme sanskrit qui signifie cercle et par extension, territoire, groupe de personnes. Graphiquement, il ne se limite pas au cercle, mais montre au premier regard une structure géométrique qui, selon les sujets, peut se révéler très complexe.

Mandala de Kalachakra

   Le mandala représente un palais, un temple. Il est un plan en trois dimensions, mais aussi à trois niveaux de symbolisation: Plan du temple, représentation de l'univers et visualisation de l'univers mental.
    Le dessin montre  les éléments qui constituent l'univers (éther, air, feu...), au sein desquels s'inscrit le palais lui-même (enceintes, portes, étages,...). Celui-ci est habité des déités innombrables. Tout un symbolisme très complexe s'offre au regard, parfaitement codifié et destiné à guider la méditation de qui en possède les clés.
     Schématiquement, le mandala propose donc une carte, un plan, un itinéaire qui va diriger le méditant dans sa quête de la déité.

    "Le mandala est le miroir du cosmos, non seulement dans sa forme extérieure. Il est aussi le miroir d'un autre microcosme: l'homme. Le mandala repose sur la présomption de relations très étroites entre l'univers, le cercle mandalique lui-même et l'être humain." Marin Brauen  - Tibet la roue du temps - Actes Sud - 1995 - p.39

 

  Le mandala de la tradition bouddhique va donc bien au-delà de ce que l'esprit occidental en conçoit généralement, à savoir, une aimable méthode de dessin et de coloriage destinée à équilibrer le mental. "Dans la tradition bouddhiste, les mandalas sont des objets de méditation qui ont un but précis : transformer notre perception ordinaire du monde en une perception pure de la nature de Bouddha présente dans tous les phénomènes." Matthieu Ricard (Voir ref.ci-dessous)



Quelques articles à découvrir pour aller plus loin dans cette thématique aussi riche que complexe: 

trait separation

 

Le tantrisme et l’initiation au mandala

par JEAN VARENNE spécialiste de l'hindouisme.


"La complexité du symbolisme mis en jeu dans le mandala, la richesse de son interprétation mythologique (les divinités qui l’habitent), spirituelle (les fonctions desdites divinités) et cosmographique (les provinces de la Terre idéale), les techniques particulières de son maniement font qu’il est exclu de s’engager dans une méditation sur un chakra sans avoir été initié à cette pratique. Les textes disent d’ailleurs expressément que le mandala est en soi un « mystère » et que l’art de le construire, concrètement (dessin) ou mentalement, est une science sacrée (vidyâ)."

 Lire l'article dans son intégralité

Article mis en ligne par la revue le 3ème millénaire
"La revue humaniste 3ème millénaire est consacrée à la libre recherche spirituelle. Editée par une association de bénévoles, elle souligne depuis vingt ans l'importance de la "philosophie vécue" et la nécessité d'une démarche de connaissance de soi." (Présentation de la page d'accueil du site)

3ème millénaire

 separation

kolamsource imageMotif traditionnel de Kolam

Le Kolam, symbole de bienvenue et de protection

dessin d'un kolam

 

création d'un kolam  source image
 
 
 
Les Tamouls vivent dans le sud de l'Inde et une partie du Sri Lanka.
Une tradition vieille de 3000 ans est maintenue par les femmes de ce peuple. Chaque matin, après avoir lavé et purifié le sol, elles dessinent sur le seuil de la maison des motifs qui nous rappelleront les entrelacs celtiques. Comme eux, il s'agit d'un motif composé d'une ligne continue qui se coupe et se recoupe de manière régulière. Comme dans d'autres traditions également, (mandalas tibétains, peintures de sable Navajos ...) le motif créé sur le sol est éphémère. Il est généralement dessiné avec de la poudre de riz, déposée sur le sol en la laissant filer régulièrement entre le pouce et l'index. le dessin est fait d'un seul trait, avec une régularité toute géométrique. La création du motif demande donc une habileté unanimement admirée. La journée débute par un acte de bonté en faisant ce don qui nourrit les fourmis et autres insectes. Car le kolam est d'abord un signe de bienvenue, une invitation qui s'adresse à tous et en particulier à la déesse Lakshmi, déesse de la prospérité. C'est également une protection: Le dessin du kolam est symboliquement conçu de telle sorte que les démons ne puissent y pénétrer et par extension, ne puissent s'introduire dans la maison.
L'entrelacement des lignes présenterait également une autre symbolique: la ligne serait le fil de notre vie, les noeuds, ou points de croisement, représentant les épreuves qu'il nous faut surmonter.

La réalisation du kolam est également un bienfait pour la personne qui le réalise. Il est dit qu'elle en retire une meilleure santé physique par l'exercice demandé pour sa création, mais aussi au plan psychique, par la concentration que la réalisation du Kolam requiert.

Tout au long du jour, le kolam est foulé au pied, abimé par la pluie, balayé par le vent. C'est une oeuvre éphémère qui n'existe que par le symbolisme qu'elle véhicule, image de l'impermence que l'on retrouve dans différentes traditions.

Ressource: Parmi les "dossiers à destination des étudiants de la filière ethnologie - anthropologie"  du site anthropologie en ligne  un dossier très riche sur le kolam .

Pour explorer différents motifs, essayez cette applet qui permet de générer automatiquement des kolams.

 

 

 

 

 

source image Kolam sur le seuil d'une maison tamoul

 
dessin de kolam

 Tracé d'un kolam avec Photofiltre.

-> Afficher la grille
-> Disposer les points sur la grille
-> Tracer le motif

(enregistré par ReF avec CamStudio)

 

définition:
bindu  var. vindu_1  m. n. goutte - point, marque, tache; signe sur le visage, mouche - perle - math. zéro - gram. signe de l'anusvara - phil. symbole de l'Absolu.

source def.: sanskrit.inria
 The Sanskrit Heritage Site<Image Exemple 


Le bindu a le sens à la fois de goutte (séminale) et de graine.  S'il s'agit là de l'expression claire d'un point de départ, d'une origine, ce germe porte en lui toutes les potentialités,  exprime également un aboutissement.
A la fois point de départ et point d'arrivée, il est un centre de convergence.
Le bindu est le centre du mandala. Il est la perle qui relie les branches du vajra.

 
 
 
Bindu in Sri Yantra:  The Bindu at the center of the Sri Yantra symbolizes the final union of Shiva and Shakti (the static and active), the Absolute Reality that is to be realized. Vidya means knowledge, and Yantra is visual form. Thus, Sri Yantra is the visual form of Sri Vidya, which is the knowledge. Source: Bindu: Pinnacle of the Three Streams
of Yoga, Vedanta and Tantra by Swami Jnaneshvara Bharati 
(Long) article en anglais Image Exemple  

 

Image Exemple
 
Image Exemple
 

Le Bindu dans le Sri Yantra: Le Bindu au centre du Sri Yantra symbolise l'union finale de Shiva et de Shakti (l'immuable et l'agissant), la Réalité Absolue qui doit être réalisée. Vidya signifie connaissance, et Yantra est la forme visuelle. Ainsi, Sri Yantra est la forme visuelle de Sri Vidya, qui est la connaissance."

Trad. ReF

 

 

citation: le bindu dans "le corps de Kalachakra: voie de l'éveil"
par Sofia Stril-Rever - Juin 2001

"La « bodhicitta » père - mère dans la Roue du temps

Kalachakra enlaçant Vishvamata Kalachakra, debout au centre du mandala, tient la déesse Vishvamata enlacée. Il a la jambe droite tendue et la jambe gauche légèrement fléchie. Nous avons vu la dernière fois que la jambe droite, de couleur rouge, symbolise la veine subtile solaire. Or la jambe est tendue, et cela traduit la remontée de la bodhicitta mère incandescente, depuis le nombril jusqu'au sommet de la tête, dans la veine centrale. A l'inverse, la jambe gauche fléchie, de couleur blanche, signifie la rétention du flux de la bodhicitta père qui coule depuis le sommet de la tête.

Dans cette description, le sens du terme bodhicitta ne se limite pas à l'acception générale d'« esprit d'Eveil » qui en est donnée dans le Mahayana. Le sens tantrique de bodhicitta est spécifique aux tantra de l'insurpassable union. Dans ce contexte particulier, la bodhicitta, ou « esprit d'Eveil », est entendue comme l'une des composantes du corps vajra. L'esprit d'éveil est la sublimation d'un support somatique concret, et on traduit bodhicitta par « semence » ou « nectar » d'Eveil, en référence au liquide séminal de la bodhicitta père, de couleur blanche, ou au sang menstruel de la bodhicitta mère, de couleur rouge.

Dans cette acception, l'esprit d'Eveil est très proche du bindu, la « goutte », issue de lui et conçue comme « goutte » sublimée de la semence père ou de la semence mère. Dans le véhicule vajra, chaque état de conscience est corrélé à une énergie, ayant un support corporel, et se manifestant comme souffle, esprit d'Eveil père-mère, ou encore bindu, « goutte ».

Le bindu est un signe linguistique du sanskrit, le « point » que l'on inscrit au-dessus des consonnes pour indiquer leur nasalisation. Le Tantra de la Roue du temps donne du point une interprétation particulière qui conduit à traduire bindu par « goutte ».

Les « gouttes », au sens physiologique ordinaire, sont celles du sperme ou du sang menstruel, contrepartie visible de l'ovule. Les « gouttes » sont les semences, les « points » primordiaux, à l'origine de toutes les manifestations de la vie. Au sens tantrique, les « gouttes » ont la nature de l'esprit d'Eveil père, de couleur blanche, et de l'esprit d'Eveil mère, de couleur rouge. De la taille d'une graine de moutarde, la « goutte », dite « indestructible » de la conscience qui transmigre d'une existence à l'autre, se trouve au niveau du coeur. Elle est décrite comme une capsule minuscule, contenant l'esprit d'Eveil père, dans sa partie supérieure, et l'esprit d'Eveil mère, dans sa partie inférieure."

Image Exemplesource txt: Buddhaline