FacebookTwitterGoogle BookmarksRSS Feed

    Le mot mandala est un terme sanskrit qui signifie cercle et par extension, territoire, groupe de personnes. Graphiquement, il ne se limite pas au cercle, mais montre au premier regard une structure géométrique qui, selon les sujets, peut se révéler très complexe.

Mandala de Kalachakra

   Le mandala représente un palais, un temple. Il est un plan en trois dimensions, mais aussi à trois niveaux de symbolisation: Plan du temple, représentation de l'univers et visualisation de l'univers mental.
    Le dessin montre  les éléments qui constituent l'univers (éther, air, feu...), au sein desquels s'inscrit le palais lui-même (enceintes, portes, étages,...). Celui-ci est habité des déités innombrables. Tout un symbolisme très complexe s'offre au regard, parfaitement codifié et destiné à guider la méditation de qui en possède les clés.
     Schématiquement, le mandala propose donc une carte, un plan, un itinéaire qui va diriger le méditant dans sa quête de la déité.

    "Le mandala est le miroir du cosmos, non seulement dans sa forme extérieure. Il est aussi le miroir d'un autre microcosme: l'homme. Le mandala repose sur la présomption de relations très étroites entre l'univers, le cercle mandalique lui-même et l'être humain." Marin Brauen  - Tibet la roue du temps - Actes Sud - 1995 - p.39

 

  Le mandala de la tradition bouddhique va donc bien au-delà de ce que l'esprit occidental en conçoit généralement, à savoir, une aimable méthode de dessin et de coloriage destinée à équilibrer le mental. "Dans la tradition bouddhiste, les mandalas sont des objets de méditation qui ont un but précis : transformer notre perception ordinaire du monde en une perception pure de la nature de Bouddha présente dans tous les phénomènes." Matthieu Ricard (Voir ref.ci-dessous)



Quelques articles à découvrir pour aller plus loin dans cette thématique aussi riche que complexe: 

trait separation